J’ai perdu mon permis de conduire

France Objets Trouvés : j'ai perdu mon permis de conduire

 

Réflexe n° 1 : vérification

Vérifiez bien dans vos sacs, portefeuilles ou vêtements parce qu’une fois que vous aurez fait votre demande de duplicata, le permis de conduire que vous pensiez « perdu » sera invalidé et il ne vous permettra plus conduire en toute légalité.

 

Réflexe n° 2 : faire une déclaration de perte

Vous devez déclarer la perte de votre permis de conduire auprès des autorités de police (Commissariat de police ou Gendarmerie). Ils vous remettront un récépissé qui remplacera votre permis de conduire pendant 2 mois.

Si vous êtes à l’étranger, déclarez la perte de votre permis de conduire auprès des autorités locales, elles vous remettront un justificatif qui vous permettra d’obtenir un récépissé français auprès des autorités de police françaises.

La procédure est la même en cas de vol de votre permis de conduire.

 

Réflexe n° 3 : faire une demande de duplicata

La demande de duplicata de permis de conduire s’effectue en préfecture, en sous-préfecture ou, si vous habitez Paris, dans votre antenne de police. Elle doit être initiée pendant la durée de validité du récépissé de perte (2 mois) au-delà de laquelle vous êtes en infraction avec le Code la route. Vous pouvez effectuer votre demande par courrier, auquel cas, vous devrez vous présenter en personne pour venir le retirer, ou l’effectuer en personne, auquel cas, vous pourrez – si vous le souhaitez - demander l’envoi du duplicata par courrier.

 

Réflexe n° 4 : se procurer les pièces nécessaires au duplicata

 

 

Réflexe n° 5 : récupérer votre nouveau permis de conduire

L’agent auprès duquel vous déposez votre dossier vous communiquera une date à partir de laquelle vous pourrez vous présenter pour le retrait.

J'ai perdu mon permis de conduire

 

 

 

 

 

 

 


 

ATTENTION

Les informations contenues dans cette fiche sont des recommandations proposées par FranceObjetsTrouvés.fr. FranceObjetsTrouvés.fr décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces recommandations dont la mise en œuvre ne saurait se substituer aux obligations légales de chacun.